Vivre au Panama: Le Revers de la Médaille

Vivre au Panama: Le Revers de la Médaille

Après presque 4 ans passés au Panama, tout va toujours bien. Cela dit, comme toute décision de la vie, elle vient avec ses bons côtés, mais aussi avec les moins bons.

Je vous propose aujourd’hui MON ressenti (“mon” est en capitale pour bien spécifier que c’est un avis personnel…) en utilisant l’échelle du “c’est super au ça craint en passant par le bof” sur

Vivre au Panama: Le Revers de la Médaille

 

Je ne vais pas tout de suite commencer par le “ça craint” ne vous inquiétez pas. Le “ça craint” ne supplante toujours pas le “c’est super”, alors pour ceux qui se réjouiraient déjà de nous voir partir, désolée, mais ce n’est pas pour tout de suite! Héhé!

Ah, aussi, en aparté, je voulais rappeler que ceci est mon blog, que les avis donnés ici sont des opinions personnelles à ne pas prendre pour argent comptant, que rien ne vous oblige à me lire, et que rien ne vous oblige à être désagréable non plus. Si tout ce que vous lisez ici vous hérisse le poil, je vous recommande vivement de fermer la page et de retourner à vos occupations trépidantes, je survivrai!…

 


 

Reprenons le fil de nos pensées, voulez-vous?!

Mes “C’est super”

 

  • Le climat

Evidemment, on ne peut quand même pas se plaindre d’avoir du soleil toute l’année! Il est extrêmement rare que je ne fasse pas trempette au moins une fois par jour. Nous passons régulièrement les fêtes de Noël dans la piscine en sirotant des cocktails bien frais! Durant la saison des pluies, les plantes poussent à vue d’œil et nous profitons d’un environnement cocon bien vert. Et pendant la saison sèche, le linge étendu est sec en 1 heure!

 

  • Les fruits et légumes

Ananas, mangues, oranges, bananes, si vous êtes un adepte du “mangez-bougez” et du “mangez au moins 5 fruits et légumes par jour”, alors bienvenue dans la terre de vos rêves! Vous pouvez manger sainement pour vraiment pas cher et vous avez la chance inouïe de vous régalez de fruits tropicaux toute l’année. C’est parfois tellement commun qu’on n’y fait plus attention. Et pourtant!

 

  • Les Panaméens

Comme vous le savez sans doute déjà, les panaméens sont des gens simples et sincères. Le sourire est pratiquement une caractéristique physique et leur bonne humeur est facilement contagieuse (à supposer que vous fassiez l’effort de vous intégrez mais ce n’est pas l’objet du débat!…). Faites vous des amis panaméens, vous ne serez pas déçus!

 


 

Mes “Bof”

 

  • Le manque de diversité alimentaire

L’absence de fromage au lait cru est parfois un calvaire! Pour nous, originaires de l’Est de la France, un bon munster qui dégouline sur des patates est l’apothéose de la bouffe! La plupart du temps, nous demandons à nos visiteurs de bien vouloir nous ramener du bon “fromage qui pue” et je ne rechigne jamais à leur faire la lessive, au cas où le délicat fumet se serait répandu dans la valise! Il en va de même avec la charcuterie, les pièces de viande (sauf le poulet où je n’en ai jamais mangé de meilleur qu’ici!), et le pain frais croustillant et aéré!

 

  • La complexité administrative

Bien que je n’ai pas régulièrement la nécessité de me frotter aux administrations panaméennes, je dois reconnaitre que c’est un sacré challenge! A l’heure actuelle où tout est supposément numérisé et stocké en ligne, les mairies ne sont pas reliées aux services des impôts par exemple. Alors qu’en France, dès qu’une déclaration de travaux est déposée, vous pouvez parier que votre taxe d’habitation et foncière sera recalculée, ici, cela vous coûte bien 4 visites dans des bureaux différents pour une simple déclaration! Le temps est sans importance au Panama et si vous ne pouvez pas vous faire à cette idée, je doute fort que vous vous plaisiez ici…

 


 

Mes “Ça craint”

 

  • Les enfants s’en vont

Que les enfants quittent le nid, c’est une certitude, voire même une obligation. Bah oui, on va pas tous se coltiner un Tanguy! Petit rappel…

Il n’empêche qu’entre quitter le nid et quitter le pays, il n’y a qu’un pas et lorsqu’on en arrive à ce stade, l’idée de vivre à l’étranger devient difficile à supporter…

C’est donc un élément à considérer lorsqu’on envisage une expatriation quel que soit l’endroit du monde. Cet aspect n’est pas spécifique au Panama, bien que la possibilité de faire des études sur place n’est pas aussi large qu’aux Etats-Unis par exemple.

Bien que le départ d’un enfant soit une pilule difficile à avaler, l’expatriation reste un enrichissement culturel indéniable pour nos chères petites têtes blondes!

 

  • L’isolement

Les blagues à 2 balles en français ne sont bonnes que lorsqu’elle sont destinées à un public français! Ça, c’est juste du bon sens ou une vérité de La Palice, comme vous voulez!

Cela dit, il n’est pas facile de trouver des français fréquentables au Panama… Ou nous n’avons pas su dénicher les perles rares, à part 2 ou 3 qui se reconnaitront probablement dans cet article. La grande majorité s’est avérée décevante à tout point de vue… Dans ces conditions, il n’est pas toujours évident de surmonter cet isolement qui parfois finit par être vraiment pesant.

 

En résumé…

Je ne le dirai jamais assez: pesez bien les pour et les contre et ne lésiner pas sur le voyage de reconnaissance pour éviter la douche froide. Parfois, même en faisant bien ses devoirs, l’expatriation peut se révéler une expérience enrichissante, certes, mais aussi parfois accompagnée d’un sévère retour de baton… Faites vos recherches, ne vous précipitez pas et tout ira comme sur des roulettes!

Je vous laisse, j’ai piscine! A la prochaine 😀

 

 

Share This

2 comments

  1. Michel

    En tant que membre à part entière, au moins mon ego surdimensionné l’espère ainsi, des « perles rares » rencontrées parmi les Frenchies expatriés, je partage à 100% tes opinions, ma chère Anne!
    En particulier, sur le sujet très sensible de l’éloignement, je n’aurais jamais pu aller de l’avant avec ce projet panaméen si ma tendre fille unique avait manifesté un quelconque malaise à savoir son Papounet si loin de la Suisse, même à temps partiel. Merci Skype, merci Internet en général! Et encore une fois, merci à toi.Anne, pour toute l’aide que tu m’as apportée ces deux dernières années. Ton fromage qui pue, tu y auras bien droit lors de mes prochaines visites!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *