Collision mineure au Panama

Collision mineure au Panama

Aujourd’hui, une anecdote pour vous divertir Chers Lecteurs et surtout répondre à la question “que faire en cas de collision mineure au Panama”.

Pour commencer, je vais vous raconter l’incident pour que vous puissiez vous rendre compte de la situation.

Mon époux rentrait d’avoir cherché notre fils à l’école quand il a croisé 2 véhicules à environ 50 mètres de l’entrée de notre résidence. Le premier véhicule passe sans souci et le 2ème, qui n’était pas bien serré à droite de la chaussée, lui heurte le rétroviseur conducteur. Bilan de l’histoire: chacun a son rétroviseur cassé, rien d’exceptionnel, pas vrai?

Que se passe t-il en France dans ces cas là? 50-50, chacun paye son rétro et on n’en parle plus, facile!

Au Panama, ça se complique!

Le chauffeur demande à mon mari s’il veut appeler la police, mon mari lui répond qu’il fait comme il veut, ça lui est égal. Le chauffeur décide donc de ne pas les appeler et chacun part de son côté. Fin de l’histoire!

Sauf que…

Le chauffeur n’est pas le propriétaire du véhicule, un minibus de transport collectif. Le propriétaire envoie donc des messages à ma tendre moitié le lendemain en lui disant qu’en plus de son rétroviseur, son pare-brise est cassé et que mon mari s’est opposé à la venue de la police. Quoi? Déjà, depuis quand peut-on s’opposer à la venue de la police! Enfin bref, le chauffeur lui dit qu’il veut le rencontrer pour “discuter” (le raquetter serait plus approprié mais on ne va pas pinailler!). Nous voici donc en grande discussion avec ce brave homme qui nous dit qu’il va aller porter plainte pour collision et fuite, et blablabla! Nous tentons donc de lui montrer que nous avons une photo représentant les 2 véhicules arrêtés, donc que son histoire de fuite ne tient pas debout, mais il n’en démord pas. Très bien, faites donc comme bon vous semble mon bon monsieur, mais nous n’allons pas remplacer vos rétroviseur et pare-brise sous prétexte que vous nous avez pris pour des idiots!

Nous décidons donc de nous rendre nous-mêmes au bureau de police, enfin à l’autorité du transport du Panama. Nous habitons à Punta Barco et d’après notre voisin, le plus proche se trouve à Chame (15 minutes).

Et c’est là que ça se corse… A mi-chemin entre le 22 à Asnières de Fernand Raynaud et A Caen les vacances de Raymond Devos. Nous voilà donc en face de l’officier en charge du traffic de Chame qui nous explique qu’il faut d’abord aller à la mairie. La mairie doit faire une note et la transférer au bureau du transit. Ok, très bien. Nous traversons la route et allons à la mairie. Il est 16h10, la mairie ferme à 16h00. Bon, nous reviendrons demain! Le lendemain, nous voici de retour à la mairie, photo et déposition imprimées. Il nous est répondu que l’incident s’étant produit à Punta Barco, il faut aller à San Carlos. Ah bon? D’accord, nous roulons jusqu’à San Carlos (30 minutes depuis Chame) et nous nous entretenons avec un groupe de personnes qui nous expliquent qu’il faut aller à Chame… Heu… On en vient de Chame! Mais pourquoi vous ont-ils envoyé ici? Je ne sais pas… Non non non, il faut retourner à Chame. Ils vont faire une note, la transmettre au service du transit, et nous faire remonter l’information. S’il devait y avoir une audience, cela se passera à San Carlos… Je commence à perdre mon sang froid, mais, soit. Nous retournons à Chame (15h50…) Je recommence à palabrer avec les personnes que j’ai vu plus tôt et leur explique que je ne suis pas là pour engager des poursuites contre l’autre chauffeur, mais que je veux juste dégager ma responsabilité… La gentille petite dame me dit “San Carlos”! Merci, mais non merci! Que se passe t-il si je ne fais rien? Au pire, vous serez convoquée, mais vous avez la photo qui montre que vous ne vous êtes pas enfui, donc il ne “devrait” pas y avoir de problème…

La morale de l’histoire: Peu importe l’étendue des dégâts, si vous avez une collision, même mineure, faites venir la police!

C’était Anne au Panama qui vous fait partager ses aventures, les bonnes comme les mauvaises! A bientôt 🙂

Share This

2 comments

  1. wondergillou

    Tout est dit Anne, il faut impérativement faire venir la police. Notre statut d’expatrié nous l’impose de facto et au moins pas de risque de se faire embobiner de la sorte …


  2. Post author
    Anne

    C’est vrai Wondergillou, mais cela fait partie de l’aventure panaméenne! Même les locaux vont venir la police en cas de collision, et parfois même des représentants de la compagnie d’assurance. Cela prend en général quelques heures. Pour un rétro fêlé…

Comments are closed.